Présentation Phénix de l'environnement

Accueil ] Remonter ]

 

Catégorie : Protection, restauration ou mise en valeur des milieux naturels et de la biodiversité

1.     Aperçu du projet Un Arbre - Une Vie

 

-Brève description de l'organisme

 

Un Arbre - Une vie existe depuis 14 ans. Yvon Camirand, initiateur du projet, enseigne à l’École secondaire Le tandem boisé de Victoriaville, un Établissement Vert Brundtland (EVB) du Centre-du-Québec. Le projet est réalisé par des élèves de niveau secondaire 3 avec aide (groupe d’élèves en difficulté d’apprentissage et de comportement).
(Cliquez ici pour voir diaporama Power Point)

 

-Description sommaire du projet :

 

Un arbre – Une vie véhicule trois (3) des quatre (4) valeurs évébistes : écologie, solidarité et démocratie (la citoyenneté responsable). Il consiste essentiellement en la production et en la mise en marché d’arbres «nobles». C’est un projet s’échelonnant sur toute l’année scolaire. Dès le début de l’année, les élèves sont appelés à prendre en charge (Cliquez ici pour voir document Word), sous forme d’équipes, les différentes étapes du projet : la cueillette, le tri, la dormance, la stratification, les semis, l’entretien des pousses et la livraison du produit fini. La production est soit échangée contre des biens ou services, soit vendue. La vente permet la réalisation d’activités privilèges d’où, la motivation scolaire des élèves. Le droit de participation aux activités privilèges est acquis en faisant la preuve d’un comportement adéquat et d’un succès scolaire minimal.

 

-Personnes associées au projet (employés, bénévoles, ressources externes)

·        La direction de l’établissement joue un rôle de facilitateur : arrangements au niveau de la comptabilité, aménagement de l’horaire, attribution de locaux, etc.

·        L’équipe de personnes oeuvrant en secondaire 3 avec aide.

·        En période intensive, des enseignants retraités, d’anciens élèves viennent donner un coup de main.

·        Le Ministère des ressources naturelles :  Il nous a donné des multicellulaires en styromousse (défectueux) que nous avons récupérés, des semences lors de périodes difficiles de cueillette et des sacs de plastiques permettant la distribution des plants.  Il nous a fourni plusieurs informations techniques à partir de son centre de recherche de Berthier.

·        Le FAQDD (Fonds d’action québécois en développement durable) suite à une demande d’aide en 2002-2003, a contribué pour un montant de 2 000$ à la réalisation du projet.

·        La Ville de Victoriaville nous fournit un espace sur un terrain clôturé permettant l’entreposage d’expériences et des surplus de fabrication.

·        L’entreprise Gaudreau, échange avec nous des arbres contre du terreau à jardinage.

·        L’UPA (Union des producteurs agricoles) du Centre-du-Québec, depuis 2003-2004, apporte son appui au projet en offrant à ses membres notre produit fini et en s’occupant de la gestion des commandes.
(Cliquez ici pour voir fichiers PDF pour Plan d’action 2005-2008 et Projet arbres nobles).
·        Le Canadian Tire local nous permet d’installer un point de vente devant son magasin afin d’offrir à ses clients nos petits arbres.
·        La CGRBF (Corporation de gestion des rivières des Bois-Francs) accepte l’échange suivant: contre une certaine quantité d’arbres que nous plantons sur les bandes riveraines, elle nous permet de pêcher la truite qu’elle ensemence.

  

2.     Description et mise en valeur du projet

- Historique, contexte, démarches préalables   (souci particulier de l'environnement dans l'ensemble de ses activités)

 

En ’92, Yvon Camirand enseignait l’écologie en première secondaire à la Polyvalente La Samare de Plessisville.  Plusieurs élèves pratiquaient le ski de fond sur une piste attenante à l’établissement. Pour s’y rendre il fallait traverser une clairière où il y avait de forts vents. Ainsi le projet a tout simplement débuté par une plantation d’épinettes blanches obtenues du Ministère des Ressources Naturelles (MRN). L’année suivante, l’idée de produire nos arbres dans le cadre du cours d’écologie fut lancée. Nous donnions nos arbres. Il fallait voir la fierté de ces jeunes au moment où ils les donnaient ou encore quand ils partaient chez eux avec leurs jeunes pousses « C’est le mien ».

 

Suite à un changement d’établissement, le projet fut expérimenté à l’École secondaire Le tandem boisé avec des élèves de secondaire 3 PEI (programme d’éducation internationale) où Yvon Camirand enseignait la biologie. C’est à ce moment que nous avons établi l’activité «Échange avec la CGRBF» (des poissons contre des arbres) et celle de «Échange Gaudreau» (terreau contre arbres). De plus, nous avons débuté le compostage des résidus de cuisines de la cafétéria de l’établissement pour enrichir notre terreau et les détourner de l’enfouissement. 


Quelques années plus tard, le projet est proposé à des élèves de secondaire 3 avec aide. C’est là que M. Luc Lacroix a pu intervenir en tant que psychologue. Nous avons alors développé l’idée d’activités privilèges qui se trouvent soutenues par la vente de nos arbres d’abord aux proches (parents, amis , école…) et aussi au grand public chez Canadian Tire. Quoi de plus loquace que la scène où un jeune est à offrir un chêne à un adulte et que ce dernier lui dit : « Un arbre, c’est formidable, je suis d’accord. Du chocolat, non merci ».


Malgré tous les efforts ce n’était pas suffisant, nous voulions rejoindre plus de gens. C’est alors que le partenariat avec l’UPA du Centre-du-Québec est né et se poursuit toujours. Au même moment dans notre région naissent les comités de bassins versants. Un partenariat est aussi établi avec eux. Les commandes augmentent et le projet s’étend à d’autres établissements scolaires. Ainsi graduellement nos jeunes apprivoisent le concept de «citoyen responsable». En tant que responsable EVB (établissement vert brundtland) Bois-Francs et aussi responsable centricois, Yvon Camirand voit à proposer le projet à d’autres enseignants du primaire et du secondaire. En 2005, l’école St-Joseph de Drummondville le réalise et se mérite le prix «Bertand Roy» de l’AFCE (association forestière des cantons de l’est).
(Cliquez ici pour voir fichiers PDF1, PDF2 et photo) Prix Bertrand Roy.

-Objectifs visés   (pertinence des actions ou des réalisations dans la catégorie visée)

§     Augmenter la motivation des élèves : les impliquer dans un projet valorisant, susceptible de développer l’autonomie, l’estime de soi, le sens des responsabilités, l’entreprenariat, la persévérance, etc.

§     Impliquer les élèves dans des activités prônant le respect de l’environnement, comme par exemple : pêcher après avoir planté des arbres (retour bienfaisant de la nature).

§     Conscientiser les élèves à l’importance de développer des habitudes de vie visant la réutilisation, la conservation et la récupération des ressources : compostage, conservation des arbres, récupération du papier et d’autres matières.

§     Développer des habiletés sociales : travailler en équipe, parler devant plusieurs personnes, vendre ses idées, faire la promotion d’un projet, animer des kiosques (Carrefour de la citoyenneté responsable).

§     Développer chez l’élève sa conscience sociale internationale : partager des surplus (Kékélosso).

§     Promouvoir la valeur patrimoniale du projet: nous produisons majoritairement du chêne rouge pour redonner à cette essence l’espace qu’elle occupait jadis dans notre région.

§     Redonner à l’air sa qualité permettant un meilleur équilibre entre l’humain et le végétal : échange gazeux, «O2 – CO2».  Il semble que 4 arbres moyens par humain soient nécessaires pour maintenir cet équilibre.

-Description du projet   (caractère novateur, exceptionnel ou remarquable,  impacts positifs sur l'environnement)

Produire des arbres en classe..! Quel défi!!! Pour y parvenir :

 

·         Aménager l’enseignement et  les horaires.

·         Intéresser les élèves à s’impliquer dans un projet qui s’échelonne sur toute l’année scolaire, de la cueillette à la vente (ou plantation).

·         Développer des partenariats significatifs.

 

Au niveau éducatif, le projet vise d’abord à développer chez l’élève le sens de «devenir un citoyen responsable» mais aussi à développer l’habitude de persévérer dans des efforts s’échelonnant sur une période prolongée.

 

Ce projet est en partenariat avec l’UPA, les organismes de Bassins versants, le Comité Multipartite en agriculture et en environnement et la Ville de Victoriaville, s’inscrivant dans une démarche globale au niveau du Centre-du-Québec visant la prise en charge des bandes riveraines (Cliquez ici pour voir document Word), des haies brise-vent et senteur et de l’aménagement paysager.

 

-Clientèle visée

·         La jeunesse étudiante.  (Cliquez ici pour voir fichier photo)

·         Les propriétaires de bandes riveraines et terrains vagues (haies brise vent et senteurs : agriculteurs, municipalités, organismes publiques et privés.

·         Toute personne ayant un espace suffisant pour planter des arbres nobles.

-Partenariat développé    (importance du partenariat développé le cas échéant)

·         UPA (union des producteurs agricoles): diffuse l’information sur le projet et s’occupe de la prise de commandes d’arbres (Cliquez ici pour voir document Word).

·         Ville de Victoriaville : entente sur l’utilisation d’un espace clôturé pour pépinière entrepôt.

·         Bassins versants : GROBEC, COPERNIC, COGESAF, sont à établir le plan directeur de l’eau de chacun des bassins, l’action est imminente. (Cliquez ici pour voir diaporama Power Point).

·         Corporation de gestion des rivières des Bois-Francs : production d’arbres en échange d’un droit de pêche.

·         MRN (ministère des ressources naturelles) : la technique et des outils.

·         Kékélosso, école primaire du Burkina Faso, Afrique : lors de Planet’ERE 3, Yvon Camirand a remis au nom de son établissement scolaire et de ses élèves 15 000 Francs CFA (environ 40$) au directeur de l’établissement pour qu’ils puissent planter 100 arbres dans les trous faits pour l’occasion : ils n’avaient pas l’argent pour le faire.

-Continuité prévue

·         Poursuivre les différentes ententes de partenariat et voir à en établir d’autres selon les besoins
(Cliquez ici pour voir document Word, Image1 et Image2).

·         Poursuivre l’expansion du projet auprès des établissements scolaires du Centre-du-Québec : en 2005-2006 : 10 établissements réalisent ce projet, cinq à Drummondville et cinq dans les Bois-Francs.

·         Réaliser ce projet à l’automne ‘06 au CÉGEP de Victoriaville, reconnu EVB en 2005.

·         Développer de nouveaux marchés : grandes entreprises qui donneraient des arbres à leurs employés.

 

3.Résultats

- Retombées positives mesurées

 

·         En 2004-2005,  plus de 1000 arbres ont été vendus et plantés un peu partout au Centre-du-Québec selon le registre de commandes fourni par l’UPA. (Cliquez ici pour voir document Excel).

·         Des centaines d’arbres ont été vendus en fin d’année chez Canadian Tire et dans l’école.

·         Chaque élève est parti avec son arbre qu’il a planté à un endroit choisi de façon à pouvoir le retrouver plus tard. Plusieurs ont confirmé qu’ils avaient planté leur arbre chez un parent, un grand parent ou un(e) ami(e).

·         200 arbres ont été commandés et plantés sur des terrains de golf de Victoriaville et Princeville.

-Outils d'évaluation des retombés positives

·         Le projet a été adopté par d’autres établissements EVB.

·         Le sentiment de fierté et le sens des responsabilités des élèves impliqués dans le projet.

·         Le feedback des élèves et des divers organismes impliqués de près ou de loin dans le projet.

·         Le projet est dans la lignée du plan d’action 2005-2008 en agriculture durable

·         Les organismes du milieu appuient le projet : (Cliquez ici pour voir lettres en annexe : UPA (PDF), Multipartite en agriculture et en environnement (PDF), FAQDD (Word))

4. Raisons justifiant la sélection de votre projet

·        Il suscite la motivation des élèves et se veut un bon moyen pour contrer le décrochage.

·        Il projet prône un produit durable visant à assurer une meilleure qualité de vie.

·        Il vise la concertation sociale. Une société qui se prend en main pour un avenir viable en pensant développement durable.

·        Il est transférable. Nous croyons que sa sélection lui donnera une vitrine. L’ensemble du Québec pourra en bénéficier.

 

Anecdotes :

·        Il faut voir la réaction des jeunes quand le moment de la prise en charge du projet s’effectue alors qu’on leur dit : 
« Imagine-toi dans 20 ans, tu effectues une balade avec ta jeune famille le long d’une rivière et en passant devant une plantation tu dis à tes jeunes d’un ton un peu solennel – j’étais là lorsque ces arbres ont été plantés ».

·        Yvon Camirand se prépare à la retraite. Il a l’intention de poursuivre son action.